Guichet Unique du Commerce extérieur en RDC

Dix mois après le lancement de l’avis à manifestation d’intérêt, le Comité de pilotage pour la mise en œuvre du guichet unique et intégral du  commerce extérieur en République Démocratique du Congo est aujourd’hui en mesure de mettre en place cette structure à caractère industriel et commercial.

Des quatre candidats en lisse, c’est le Bureau VERITAS BIVAC-SOGET qui a gagné le marché. Il devient ainsi l’opérateur devant procéder à la conception, à la mise en œuvre et à la gestion de cet instrument dont l’objectif principal est de faciliter les opérations commerciales, réduire le coût du passage portuaire et simplifier les formalités administratives, afin d’anéantir l’action des fraudeurs du fisc.  Tel est l’état d’avancement de ce grand projet, ainsi que le ministre de l’Economie et commerce l’a présenté vendredi 10 mai au cours d’une séance de travail présidée par le Vice-Premier ministre, ministre du Budget, Daniel Mukoko en son cabinet de travail.

Un service plus efficace

C'est une révolution qui permettra d'éviter les fraudes fiscales et autres tracasseries. Le Guichet unique vise à  mettre fin au trafic illicite, à la lourdeur du processus d'importation et de dédouanement des marchandises aux frontières. C’est un instrument informatique permettant le traitement sous forme électronique des autorisations, permis, certificats ou autres documents douaniers par les organismes compétents de l'État, pour la réalisation des opérations spécifiques d'importations et d'exportations. Le développement informatique assuré par le Guichet unique du commerce garantit la sécurité technologique et juridique des différents documents au moment d'intégrer la signature numérique et le paiement électronique en ligne. Il s’agit d’une structure de contrôle fiscal, douanier et bancaire.

Avantages

Le guichet unique du commerce extérieur offre des avantages aux acteurs du commerce extérieur congolais (importateurs, exportateurs, agents des douanes) puisqu'il permet de réduire les frais de transaction liés aux temps morts générés par le traitement physique des opérations d'exportation ou d'importation. Le guichet actuel, a fait savoir le ministre de l’Economie et commerce, ne prend en compte que le dédouanement. Une faible, a déploré Jean-Paul Nemoyato. « La faiblesse de cet outil réside dans le fait qu’il y a un certain nombre d’informations liées à nos  importations que nous ne savons pas capter. Et nous avons bien voulu les intégrer dans le système. Comme au niveau des postes de dédouanement. Ce qui fait que le guichet unique que nous sommes en train de mettre en place, est un système électronique intégral qui tient compte de ces trois paquets de pré-dédouanement, dédouanement et post-dédouanement ».

À cet effet, plusieurs antennes seront installées dans différents points d'entrée et de sortie des marchandises au niveau national. Pour l’instant, a indiqué Jean-Paul Nemoyato, l’opérateur recruté va être notifié. « Nous devons notifier le candidat qui a gagné le marché et les autres candidats qui n’ont pas gagné le marché en précisant les raisons pour lesquelles ils n’ont pas été retenus, sur base des critères qu’ils connaissent ». Cette structure sera selon  un partenariat public-privé. Il s'agit des échanges entre acteurs économiques, notamment le service des douanes, des impôts, du ministère de l’Economie et  Commerce et des autres services techniques, les importateurs et exportateurs ainsi que les transitaires. « Ensuite, nous allons mettre en place une commission gouvernementale qui va négocier avec l’opérateur recruté, le contrat pour ce faire », a-t-il précisé.

Service de communication

 
 


Adresse : Boulevard du 30 Juin, Immeuble Alhadeff Kinshasa - Gombe